Que ce soit dans les plus anciens mythes grecs (Zeus se transformant en cygne pour séduire Léda) ou dans les récits de loup-garous d'aujourd'hui, la métamorphose, qui possède souvent un sens allégorique, a toujours inspirés les conteurs, les poètes et les écrivains du monde entier.

« En se levant un matin après une nuit de rêves inquiétants, Gregor Samsa se découvrit transformé, dans son lit, en un énorme insecte. Il reposait sur son dos qui était dur comme une cuirasse, et, en soulevant un peu la tête, il apercevait son ventre bombé, brun, divisé par des arceaux rigides, au sommet duquel la couverture du lit, sur le point de dégringoler tout à fait, ne se maintenait que d'extrème justesse. D'impuissance, ses nombreuses pattes, d'une minceur pitoyable par rapport au volume du reste, papillonnèrent devant ses yeux.

"Qu'est-il advenu de moi ?" pensa-t-il. Ce n'était pas un rêve. Sa chambre, une vraie chambre humaine quoiqu'un peu trop petite, était là, paisible entre les quatre murs familiers... »

Kafka - "La métamorphose"

Pour travailler sur le lien humanité / animalité, le phénomène de transformation de l'un à l'autre est une bonne porte d'entrée. À vous, à l'image de Kafka, d'imaginer la transformation d'un être humain en une forme animale, mais aussi ses effets, son sens symbolique, ce que la transformation apporte ou enlève, ce qu'elle dit de l'homme ou de la femme qui la subit.

 

Pas de contrainte de genre ou de forme.

 

Partager

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn
Textes soumis:
  • La chasse - par MaHell.

  • Commentaires réservés aux utilisateurs inscrits.