Texte du sujet: Animalité, sujet 5 : "Croc Blanc"

Je marche. Seule.

A l'orée du bois, l'humidité du tapis de feuilles mortes chatouille mes pattes agréablement.

Cette sensation de marcher, juste pour le plaisir, me fait renouer avec ma nature profonde.

 

Derrière quelques nuages anthracites, le ciel est d'un bleu subtilement noirâtre. Je l'aime, ce ciel. Il me fait comme une couverture réconfortante sur les épaules.

 

Je hurle. Sans aucune raison, si ce n'est celle d'un besoin primitif. Ca fait du bien. Ca sort tout seul. Un cri ni de plainte, ni de joie, juste d'expression de ma nature.

 

Et je marche; encore. La balade est sympathique. De temps à autres, quelques herbes me frôlent et glissent dans l'interstice entre mes coussinets. Le sol et moi en osmose dans nos mouvements.

 

Tout à l'heure, je retournerais à mon territoire. Mais, pour l'instant, je vague tranquillement.

 

Mes yeux se ferment un instant, je respire l'air frais de la nuit. Puis ils se rouvrent, et revoient le ciel comme s'ils le découvraient. Qu'il est beau!

 

La lune se devine, mais ne se laisse pas voir derrière le voilage des nuages.

 

Je marche. Seule.

 

A l'orée du bois, je rentre chez moi avant que le jour ne se lève.

 

 

Texte du 05/09/2015

Partager

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Commentaires réservés aux utilisateurs inscrits.